Plus les semaines avancent, plus la crise reliée à la pandémie (COVID-19) grandit, et plus nous pouvons redouter ses effets à long terme.


Comment minimiser les impacts que la crise aura sur nos enfants ?

Une notion est soulignée par bon nombre de ressources en ce moment : l’importance de la routine. En dehors d’une crise, la routine favorise entre autres l’autonomie, la santé de l’enfant et ses capacités de régulations. Dans une crise, celle-ci favorise également la résilience. En effet, la routine crée un ilot de normalité, de stabilité dans une pandémie qui n’a rien de normal.

Pour illustrer ceci, on peut prendre l’exemple d’Ernest Shackleton, capitaine d’un bateau qui est resté figé dans les glaces de l’antarctique en 1914 et dont l’équipage a dû survivre pendant plus de 7 mois avant d’être secouru. Celui-ci, pour garder le moral, avait une routine claire pour son équipage ; il leur disait par exemple quand se lever, se laver, travailler et quand se divertir. Ainsi, face à un désespoir qui aurait pu mettre en danger tout l’équipage, ce capitaine a offert une stabilité, ce qui leur a permis de s’en tirer sain et sauf.

Votre famille n’est certes pas dans une situation aussi drastique qu’Ernest Shackleton, toutefois, elle met en lumière à quel point la routine protège et sécurise votre enfant et cela peut faire toute une différence pour l’épopée que nous vivons qui s’annonce plus longue que prévue. Et c’est bien le plus grand défi, ici, la durée !  L’important est donc de préserver cet ilot de stabilité, contre vents et marées.


Alors, comment faire pour créer une routine qui sera respectée à long terme et pour éviter une mutinerie de la part de vos enfants ?

Ici, les travaux de Diane Baumrid (1966), complétés par Maccoby et Martin (1983), peuvent nous être utiles. Ceux-ci ont mis en évidence quatre styles parentaux : le style autoritaire qui privilégie un contrôle fort, une soumission aveugle de la part de l’enfant, sans chaleur affective, le style permissif, qui favorise l’expression de soi avec chaleur, mais sans exigence et avec peu de cadre, le style négligent, qui est une tendance à ignorer les besoins physiques et affectifs de l’enfant et finalement le style démocratique, qui offre un cadre clair que les enfants ne doivent pas dépasser tout en étant chaleureux et en soutenant leurs initiatives. Les styles autoritaire et permissif peuvent offrir des bénéfices instantanés : l’enfant obéit dans un cas et dans l’autre il est très content de faire ce qu’il veut.

Toutefois, ces styles ont des coûts à long terme (troubles du comportement, moins bonne estime de soi, etc.).  C’est le style démocratique qui vous permettra de mieux survivre au marathon qu’est cette crise, avec le moins de rébellion et d’anxiété chez votre enfant.


Ceci dit, créer une routine peut être quelque chose de facile à dire, mais difficile à faire !
Rapidement, on peut venir à court de ressources et d’idées et nos activités peuvent devenir répétitives.

Ainsi, nous vous proposons un outil concret pour varier la routine que vous avez déjà, ou pour créer une routine si vous n’en avez pas, avec différentes intensités d’énergie.

Cela permettra à votre enfant de se dépenser, de rester actif, mais aussi de se calmer et de se réguler lorsque cela est de mise.  Voici quelques propositions, mais, à la manière du style démocratique, vous pouvez négocier cette routine avec votre enfant, tout en gardant un cadre clair. Ainsi, vous pouvez lui expliquer que non, on ne jouera pas aux jeux vidéo toute la journée, par contre, vous pouvez lui demander ce qu’il aimerait faire dans certaines plages horaires. Vous pouvez même lui donner un choix : pour cette plage horaire, veux-tu faire la cuisine ou du bricolage ? Par la suite, au fil des journées, n’hésitez pas à rester flexibles et à modifier certains éléments de cette routine selon vos besoins et ceux de votre enfant.

Finalement, n’oubliez pas d’inclure des moments pour vous. Vous pouvez même l’inclure à l’horaire tout en expliquant clairement à votre enfant : « Maman/papa a besoin de certains moments de calme pour pouvoir se reposer un peu, on pourra jouer ensemble après ».  Cela vous permettra de mieux soutenir la crise sur la durée.


Sources :

https://www.pedopsydebre.org/post/planification-de-la-journ%C3%A9e-en-p%C3%A9riode-de-confinement-pour-les-enfants-de-3-%C3%A0-11-ans

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK402020/

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/penelope/segments/chronique/162468/comment-augmenter-resilience-sonia-lupien-covid-19

https://www.apa.org/helpcenter/resilience

https://foundationspediatrictherapy.com/


Baumrind, D. (1966). Effects of authoritative parental control on child behavior. Child development, 887-907.
Darling, N. (1999). Parenting Style and Its Correlates. ERIC Digest.
Papalia, D. E., & Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l’enfant. McGraw-Hill Education.
MacCoby, E. E., & Martin, J. A. (1983). Socialization in the context of the family: Parent-child interaction. PH Museen (Series Ed.). Socialization, Personality, and Social Development, Handbook of Child Psychology, vol. 4 (p.1-10) New York, NY: Wiley.


N’hésitez pas à nous partager vos routines !

(info@yapouni.com ou @yapouni sur instagram)

 ©2020Yapouni – tous droits réservés  | Politique de confidentialité

nunc mi, felis elit. dapibus Donec commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?